Département des Affaires Culturelles, Gouvernement du Kerala


Sopana Sangeetham

La forme musicale propre et unique du Kerala, les débuts de Sopana Sangeetham (musique) peuvent être retracés aux temples du Kerala. La musique est basée sur les ragas. La méthode de chant est cependant différente de celle de la musique carnatique.

Le mot « Sopanam » fait référence aux étapes menant au sanctum sanctorum. Donc, la musique Sopanam signifie aussi chanter du côté des marches du temple. Il y a aussi une autre interprétation. Sopanam sangeetham est similaire à l'ordre ascendant et descendant du raga. En acceptant certaines « swaras » (notes) comme permanentes et en évitant complètement d'autres, la musique commence en Vilambitkal (tempo lent) et progresse jusqu'à son apogée et descend progressivement. C'est le style de Sopanam Sangeetham.

Sopana Sangeetham est de deux types, « Kottipaadi Seva » et « Ranga Sopanam ». « Kottipaadi Seva » est le style dans lequel le Marar frappe l'edakka (petit sablier - tambour ethnique en forme) qui se trouve près des marches du temple au moment de la puja (culte). Au début, un « Keerthan » est chanté en louange de la divinité principale. Ensuite, on chante « l'ashtapadi » de la Gita Govindam de Jayadeva. Parfois, en de rares occasions, Sivasthuti est également effectué.

Sopana Sangeetham est une continuation de la musique dravidienne. La période de la musique dravidienne s'étend de la période Sanghom à la domination des Cheras (4ème après J.C. à 10 J.C). Parmi eux, les anciens chants tamouls, les chants « thevaram », etc. Le « Chilapatikaaram » d'Elangovadikals mentionne clairement la musique à base de raga. L'héroïne de Chilapatikaaram est une experte en danse et en musique. Elle possède toutes les qualités d'un professeur de musique. Nous recevons beaucoup d'informations sur les règles de la musique, les instruments de musique etc. de Chilapatikaaram. Sapta Swarangal ou les sept notes étaient connues sous le nom de Vazhiku Vazhikural, thutham, Kaikila, Uzhai, Illi, Vilari et Taram. Sruthi était connu comme « alah » et raga comme « Punn ». L'instrument de musique utilisé était le yazh qui avait de nombreuses cordes. Les ragas étaient connus sous les noms de terres autochtones comme Palai punn, Marutham punn, Kurinji punn, Mullai punn etc.

Avec l'invasion des Aryens qui s'est installée au 8ème siècle après J.-C., des temples ont vu le jour au Kerala. Pendant cette période, des offrandes musicales étaient offertes dans les temples Saiva-vaishanav. Dans les temples de Vishnu, c'était le « tiruvaimozhi » et dans les temples de Saiva, le « thevaram pattukal ». Les « Tevaram pattukal » étaient basés sur 28 ragas. Les principaux ragas tamouls comprenaient Koushikam, Vyzhakurinji, Pazham Panjooram, Gandhara pachamam, Thakesi, Sadari, Chenthuruthi Sevazhi, Thiruthadavam, Pazhamthakka, Indhalam, Gandharam, Puraneermai et Kolli.

Le Kutiyattam est apparu pendant la période de Kulashekaran Varman (8e siècle après J.-C.). Le Kutiyattam avait également une composition à base de raga - « swarikal ».

Au 12ème siècle après JC, la Gita Govindam de Jaydeva est devenue populaire au Kerala, à la fois comme musique et comme danse. Même les chansons chantées en frappant l'edakka étaient basées sur des ragas. Ahari, Kalyani, Kamodari, Kedaragoula, Kedarapanth, Gujjari, Khanda, Devagandhaari, Desakhsi, Panthuvarali, Punnagavarali, Bhupalam, Madhyamavati, Malahari, Malva, Mukhari, Ramakriya, Vasanthabhairavi, Sankarabharanam et Sourastram faisaient partie des ragas utilisés pour «Kottipadi Seva».

La branche la plus importante de Sopana Sangeetham est « Arangu Sangeetham ». C'est aussi connu sous le nom d'Abhinaya Sangeetham. La musique est utilisée dans des formes d'art populaire comme Mudiyettu, Arjuna nritham et des arts classiques comme le Kutiyattam, Krishnanattom et Kathakali. La musique est basée sur l'abhinaya. C'est la base de la thouryatrika. Sur scène, le chanteur chante, l'instrumentiste frappe sur son instrument, et l'acteur endosse le rôle de différents personnages. Le rôle de la musique est ici de décrire au public l'histoire et les personnages. Une particularité de cette forme de musique est les ragas et les talas utilisés pour représenter les expressions des personnages.

Les chansons de Mudiyettu sont rendues dans le style Sopana sangeetham. On utilise des ragas comme Kedaragoula, Todi et kharaharapriya.

Des instruments comme la chenda, la chenda veekan, la chengila, l'ilatalam et le sanku sont utilisés. La « Thourgatrikam » est structurée sur des talas comme ekam, triputa, chempada, chamba, adantha, muriadantha etc.